Tim Berners-Lee: "Je ne regrette pas d'avoir créé le Web"

Mais le créateur du World Wide Web veut que les gouvernements, les entreprises et les citoyens modifient l’internet pour le XXIe siècle.

 

LISBONNE – Tim Berners-Lee, le créateur du World Wide Web, n’a aucun regret.

Malgré des trolls, des informations erronées et des contenus préjudiciables remplissant Internet, l’ingénieur britannique âgé de 63 ans a déclaré croire que les effets positifs de sa création l’emportaient sur ses inconvénients – bien qu’il ait averti de la nécessité de garder le Web ouvert et gratuit pour tous.

«Je ne regrette pas d’avoir créé le Web», a déclaré Berners-Lee à POLITICO lors du Web Summit, une conférence sur la technologie dans la capitale portugaise.

Mais, a-t-il ajouté: «Il y a quelques années, j’ai réalisé qu’il y avait un changement d’attitude. Nous ne pouvons pas supposer que la connectivité conduira inévitablement à plus de compréhension. ”

Vingt-neuf ans après l’invention de Berners-Lee, sa World Wide Web Foundation a publié  lundi un manifeste appelant les gouvernements et les entreprises du monde entier à renforcer la connectivité, à donner aux utilisateurs un plus grand contrôle sur leurs données et à constituer un havre de paix pour les débats.

Son appel à un contrôle accru des données à caractère personnel fait écho à un changement de la part des décideurs politiques qui, des deux côtés de l’Atlantique, plaident pour une plus grande restriction de l’écosystème numérique mondial.

D’ une taxe numérique  au Royaume-Uni à des amendes d’un montant de plusieurs milliards d’euros provenant de la Commission européenne et de la Commission européenne à l’encontre de Google, les responsables se mobilisent pour sanctionner et imposer des règles aux géants du numérique.

Les militants des droits numériques tentent de la même manière de garder le Web ouvert à tous, en évitant un « splinternet»  dans lequel différents pays ou régions suivent des règles contrastées de la route en ligne. Les géants de la technologie cherchent également à remodeler leur relation avec les utilisateurs, craignant que le rapport de forces ne soit trop en faveur de certains des plus grands noms de la Silicon Valley, notamment à la lumière des récents scandales liés aux données de géants de la technologie tels que Facebook.

«Nous pensons que nous avons besoin de règles plus strictes qui donnent aux gens un plus grand contrôle», a déclaré Mounir Mahjoubi, ministre français du Numérique, à POLITICO à Lisbonne. “Le Web ne peut pas être simplement décidé par les acteurs les plus forts.”

La France est le premier gouvernement à avoir souscrit à la nouvelle promesse de Berners-Lee, qui vise notamment à faciliter l’accès de tous à Internet, à protéger les droits des personnes en ligne et à protéger le Web contre les contenus nocifs.

Le gouvernement européen s’associe à 57 autres organisations, dont Google et Facebook, qui se sont également engagées à travailler ensemble au cours des six prochains mois afin d’élaborer des propositions sur la manière de concrétiser de telles attentes. Selon la Web Foundation, l’objectif est d’organiser des réunions régulières d’ici au mois de mai, afin de préciser les détails et de dévoiler un prétendu contrat pour le Web à la fin du printemps 2019.

«De nombreuses discussions sont un premier pas en avant», a déclaré Berners-Lee. “Nous pouvons définir l’ordre du jour pour beaucoup de gens.”

Parler d’action

Cela dépendra beaucoup de la manière dont les différentes organisations – de Google à Facebook, en passant par Access Now, le groupe de défense des droits numériques, et Tom Wheeler, l’ancien responsable de la Federal Communications Commission des États-Unis – travaillent ensemble.

Malgré les points communs sur la suppression des pires contenus malveillants du Web et sur le contrôle des informations en ligne par les utilisateurs, nombre de ces groupes et de ces individus prennent position sur différents aspects du débat sur la manière dont Internet devrait être réglementé.

De telles différences – y compris le rôle des grands acteurs de la technologie dans la société en général et les éventuelles restrictions imposées à la surveillance gouvernementale – vont probablement apparaître lorsque la Web Foundation de Berners-Lee cherchera à trouver des compromis entre les acteurs pour l’avenir du Web.

L’implication de la France dans le projet est particulièrement calculée.

Bien que le président du pays, Emmanuel Macron, se soit fixé comme objectif de rendre la France plus accueillante envers les startups et le reste du secteur des technologies, son gouvernement a également défendu la nécessité de davantage de réglementation pour les grandes entreprises de technologies, ainsi que l’ imposition potentielle. des nouvelles taxes sur les revenus générés par les services numériques.

“La France veut montrer la voie”, a déclaré Mahjoubi, le ministre français du numérique. “Nous voulons rendre le Web percutant pour toute l’humanité.”

CORRECTION: Une version antérieure de ce rapport décrivait de manière erronée l’âge du World Wide Web. Il a 29 ans.